bienvenue sur le Green-O-Blog V2.0 vous allez être redirigés

Vous devriez être redirigé dans 6 secondes. Si rien ne se passe, visitez
http://www.greenorama-info-blog.fr/blog/
n'oubliez pas de mettre vos favoris à jour.

mercredi 17 juin 2009

Quand le rock s'éprend de la cause écologiste...

Le Rock, malgré un certain nihilisme, s'est souvent associé à des causes qui lui semblaient justes, et l'écologie est l'une d'entre elles. C'est la peur d'un nucléaire trop puissant, trop présent et trop mal maitrisé qui pousse les rockers à faire leur premier concert vraiment écolo, nous sommes alors à New York, au célèbre Madison Square Garden, en septembre 1979.
"Le gratin du rock américain se mobilise contre le nucléaire, quelques mois après l’incident survenu sur un réacteur de la centrale de Three Miles Island, en Pennsylvanie. La menace d’une catastrophe sans précédent a provoqué un choc dans tout le pays. Pour certains musiciens, le mot d’ordre s’est imposé de lui même : No Nukes !"
Cinq concerts, cinq dates, pour réunir des fonds pour un "futur sans nucléaire" et une énergie propre complètement écologique. Et oui, nous sommes en 1979 et c'est déjà d'énergies renouvelable dont nous parlons!
Aujourd'hui, le rock continu parfois de flirter avec l'écologie, c'est le cas de Pearl Jam, qui en 2006 fait comptabiliser les émissions de gaz à effet de serre des véhicules utilisés lors des tournées et l'énergie consommée lors de leurs concerts et dans leurs hôtels, afin d'estimer leur contribution dans le réchauffement planétaire.
"De plus le groupe d'Eddie Vedder avait alors promis de faire don de 100.000 dollars à plusieurs organisations qui traitent des problèmes relatifs au changement climatique ou développent des énergies renouvelables, afin de compenser les émissions de gaz carboniques lors de ses tournées.

Pearl Jam avait déjà financé des causes écologistes dans le passé, donnant notamment de l'argent pour préserver la forêt tropicale de Madagascar des dommages engendrés par sa dernière tournée."
Neil Young aussi sort un album dont le thème est l'urgence de la situation écologique. Ce "Fork in the Road" "surfe sur le sentiment qu'on peut agir à son petit niveau et qu'au début de l'ère Obama, rien n'interdit l'espoir en faveur de "nouvelles énergies". Car derrière l'ode à l'automobile propre, c'est bien sûr un véritable manifeste philosophico-écolo que propose l'hypersensible canadien."
Quand à Radiohead, le groupe navigue entre expérimentations musicales et préoccupations environnementales.
"Sur scène, les éclairages du groupe sont économes en énergie en coulisses, le matériel transite par train et par bateau. Radiohead est devenu un peu plus que de la musique.

La formation avait d'ailleurs fait parler d'elle en 2007 pour des raisons autres qu'artistiques. C'était à la sortie de In Rainbows, dernier opus de la bande à Thom Yorke. Un disque dématérialisé à télécharger sur Internet, dont le prix était laissé à la libre appréciation des acquéreurs."
Quand à la pochette du dernier album de Dinosaur Jr., elle laisse libre choix des interprétations mais entre psychédelisme 70's et écologie d'actualité, l'équilibre semble fait...

1 commentaires:

Juliette a dit…

Il n'y a pas à dire: l'écologie est devenue une mode incontournable!

A quand un festival écolo? Ca serait une super idée: chansons écolos, installations respectueuses de l'environnement, etc. Ca pourrait intéresser beaucoup de monde!

Juliette de l'équipe de Votre Projet Energie Renovation