bienvenue sur le Green-O-Blog V2.0 vous allez être redirigés

Vous devriez être redirigé dans 6 secondes. Si rien ne se passe, visitez
http://www.greenorama-info-blog.fr/blog/
n'oubliez pas de mettre vos favoris à jour.

mardi 9 juin 2009

Joseph Beuys, l'art contemporain et l'engagement humaniste et écologiste

L'art s'est bien souvent, et depuis longtemps, donné pour but de faire passer des messages d'engagement envers certaines causes. Et si l'on sait qu'une prise de conscience écologiste plus massive est assez récente (mieux vaut tard que jamais...), certains tirent la sonnette d'alarme depuis bien longtemps déjà et utilisent divers moyens pour communiquer leur message environnemental.
 
C'est, dans le cas de Joseph Heinrich Beuys, l'art qui fait office de média dans son combat pour la préservation de notre environnement. Et ça ne date pas d'hier.

"Né à Krefeld le 12 mai 1921 et décédé le 23 janvier 1986 à Düsseldorf, il a produit nombre de dessins, de sculptures, de performances, de vidéos, d’installations et de théories, dans un ensemble artistique très engagé politiquement.

Le travail de Joseph Beuys est un questionnement permanent sur les thèmes de l’humanisme, de l’écologie, de la sociologie, et surtout de l’anthroposophie.

À la fois controversé et admiré, Joseph Beuys est considéré comme le pendant allemand des artistes Fluxus, et compte au niveau international comme l’un des artistes majeurs de l’art contemporain."

Beuys réalise Bog Action, en 1971 une de ses premières actions écologiques. Pour protester contre l'assèchement du Zuider Zee, il se lance dans les marécages avec son chapeau,chapeau de feutre, matière qu'il affectionnait particulièrement suite à son crash d'avion en 1943.

 
 


Puis en 1974 il se lance dans un autre happening à message écologiste:

" Coyote, I like America and America likes Me

Joseph Beuys débute cette action alors qu’une exposition est annoncée à New York, en mai 1974, dans la galerie René Block. Une ambulance se présente au domicile de l’artiste à Düsseldorf, en Allemagne. Il est alors pris en charge sur une civière, emmitouflé dans une couverture de feutre. Il va alors accomplir un voyage en avion à destination des États-Unis, toujours isolé dans son étoffe. À son arrivée à l’aéroport Kennedy de New York, une autre ambulance l’attend. Surmontée d'un gyrophare et escortée par les autorités américaines, elle le transporte jusqu’au lieu d’exposition. De cette façon, Beuys ne foulera jamais le sol américain à part celui de la galerie. Il coexiste ensuite pendant trois jours avec un coyote sauvage, récemment capturé dans le désert du Texas, qui attend derrière un grillage. Avec lui, Beuys joue de sa canne, de son triangle et de sa lampe torche. 
Il porte son habituel chapeau de feutre et se recouvre d’étoffes, elles aussi en feutre, que le coyote s’amuse à déchirer. Chaque jour, des exemplaires du Wall Street Journal, sur lesquels le coyote urine, sont livrés dans la cage. Filmés et observés par les visiteurs derrière un grillage, l’homme et l’animal partageront ensemble le feutre, la paille et le territoire de la galerie avant que l’artiste ne reparte comme il était venu.



Pour certains, Beuys, à travers cette action, souligne le fossé existant entre la nature et les villes modernes ; par le biais de l’animal, il évoque aussi les Amérindiens décimés dont il commémore le massacre lors de la conquête du pays. Le coyote cristallise ainsi les haines, et est considéré comme un messager. Pour d’autres, Beuys engage ici une action chamanique. Il représente l’esprit de l’homme blanc et le coyote celui de l’Indien. Le coyote est un animal intelligent, vénéré jadis par les Indiens d’Amérique et qui fut persécuté, exterminé par les Blancs. Ainsi, Beuys essaie de réconcilier l’esprit des Blancs et l’esprit des Indiens d’Amérique. Il parle même de réconciliation karmique du continent nord-américain.

La canne est pour lui le symbole de l’Eurasie unie en un continent solidaire.

Beuys ouvre la voie par cette démonstration à une nouvelle forme de réflexion artistique : il est « conducteur » au même titre que ses matériaux de prédilection."
Tout ça pour dire que l'art et l'écologie s'entendent très bien, et cela depuis que l'homme à conscience de l'importance de son milieu naturel. en attendant, voilà de quoi redécouvrir un artiste qui ne laissa pas indifférent en son temps et dont l'oeuvre est toujours aussi forte, que l'on aime ou pas!

1 commentaires:

biographie beuys a dit…

Enrôlé en tant que pilote dans l'armée de l'air allemande, Beuys s'écrase en Crimée. Recueilli par des nomades Tatares qui lui donnent du miel en guise de nourriture, il revient à la vie, recouvert de graisse et enroulé dans des couvertures de feutre. Cet épisode de la vie de Beuys marque sans doute le debut de son oeuvre "écologique".