bienvenue sur le Green-O-Blog V2.0 vous allez être redirigés

Vous devriez être redirigé dans 6 secondes. Si rien ne se passe, visitez
http://www.greenorama-info-blog.fr/blog/
n'oubliez pas de mettre vos favoris à jour.

jeudi 20 août 2009

Le vélo, c'est design et écologique!

Le vélo c'est écolo!
Nous le savons tous, mais si l'utilisation du vélo est écolo, sa conception ne l' est pas forcement!
Un vélo éco-design, voilà qui serait génial...
Et bien nous l'avons trouvé, il s'appelle B20 et il est en bambou, enfin, le cadre est en bambou, car il n'y a toujours pas moyen de faire des pneus en bois!



Conçu par l'agence de design Fritsch Associés, le B20 fait sensation, il faut dire qu'il est novateur et esthétiquement réussi. De plus son cadre en fibre de bambou conserve un aspect à la finition "bois naturel", on voit donc tout de suite que ce vélo là est spécial!



Simple et minimaliste, B2O est un vélo respectueux de l’environnement. Son cadre et sa fourche, entièrement réalisés à partir de fibre de bambou, valorisent les grandes qualités de résistance de ce matériau naturel dont la croissance est rapide.

Les collages ainsi que les finitions sont réalisées avec des produits bio. Le freinage est assuré par rétro pédalage et le passage des huit vitesses se fait au moyeu, ce qui renforce la notion d’épure et de minimalisme du dessin.
Chez Fritsch Associés, ils n'en sont pas à leur coup d'essai en terme de vélos en bois, après un premier prototype en 1997, c'est la naissance du vélo hermes:
Vélo dont la structure cadre est réalisée en bambou naturel, dessiné pour Hermès en 1999.
Ce vélo haut de gamme utilise un maximum de matières naturelles : jantes en bois, selle en cuir, poignées en liège et fil de lin.



Nous, on les trouve vraiment belles ces bicyclettes là...

mercredi 19 août 2009

La polémique autour du bio refait surface!

La polémique sur le bienfait du bio fait son grand retour .. D’après une étude, réalisée par des chercheurs de l’Ecole d’hygiène et de médecine tropicale de Londres en juillet dernier, la nourriture biologique n’est pas meilleure d’un point de vue nutritionnel que celle produite de façon plus « conventionnelle »: Sur le fond, cette nouvelle étude va à contre-courant de précédents travaux.Des chercheurs de l’université de Californie avaient montré en mars 2007 que la valeur nutritionnelle de kiwis issus de l’agriculture bio était supérieure à ceux de l’agriculture conventionnelle, les premiers contenant plus de polyphénol, censé lutter contre le cholestérol, et d’antioxydants, qui combat e vieillissement des cellules, que les seconds.Sur la méthode le Mouvement pour les droits et le respect des générations futures, qui lutte contre le recours aux pesticides, estime que l’étude britannique est « tronquée » car elle fait la synthèse de 55 études seulement, alors que les scientifiques en avaient retenu 162 dans un premier temps.Il est vrai qu’il est extrêmement difficile de relier le type d’agriculture et ses effets sur la santé. De nombreuses études ont néanmoins essayé d’évaluer les bénéfices du bio. Les résultats sont… inégaux !Petite comparaison entre les différents résultats : tout d’abord il est bon de rappeler que l’une des principales différences entre une exploitation « classique » et une exploitation « biologique », c’est le type d’engrais utilisé.Ainsi, les fertilisants employés dans le bio sont des produits naturels. Or les engrais chimiques utilisés dans les exploitations traditionnelles sont en général plus efficaces. Ils vont notamment apporter une plus grande quantité d’azote, élément indispensable à la plante pour fabriquer des protéines. Les végétaux non bio, nourris avec ces engrais, seront ainsi plus riches en protéines. Mais ces protéines seraient de moins bonne qualité : elles seraient moins riches en acides aminés essentiels, indispensables à notre organisme.Cette différence de qualité n’a pas été retrouvée par toutes les études. Certaines ont même trouvé un résultat inverse, en faveur de l’agriculture traditionnelle ! De plus plusieurs études se sont penchées sur la teneur en vitamines, minéraux et oligo-éléments des fruits et légumes, selon leur origine bio ou non. Mais les chercheurs se sont vite aperçus que la richesse en telle ou telle molécule dépend en fait de nombreux facteurs : variété cultivée, nature du sol… Pourtant, les produits traditionnels mettent souvent plus longtemps avant d’arriver dans votre assiette : ils sont cueillis avant maturité puis stockés. Or cette récolte précoce devrait théoriquement nuire à leur teneur en vitamines et minéraux. Dans les faits ce ne semble pas être le cas. Des chercheurs qui ont ainsi comparé des cultures bio ou non ont conclu que les facteurs déterminant étaient essentiellement… les conditions climatiques ! Le seul élément pour lequel les produits bio semblent posséder l’avantage, c’est la teneur en vitamine C. En ce qui concerne les pesticides les études sont en faveur des produits bio : leur utilisation (pour les pesticides chimiques du moins) est interdite. Les résidus à la surface des fruits et légumes sont donc quasi-inexistants. Mais il faut souligner que les normes auxquelles sont soumis les produits traditionnels sont extrêmement strictes. Ainsi, la présence de résidus est rare chez ces derniers et la plupart du temps en deçà des seuils préconisés. Pour ce qui est de la contamination par des métaux lourds, il faut souligner que ce problème dépend des sols et non de la nature de l’exploitation. Les risques sont donc équivalents. Enfin, il faut souligner que les produits biologiques contiennent théoriquement moins de nitrates (grâce aux engrais organiques qui ont remplacé les engrais chimiques). Or à hautes doses ceux-ci sont cancérigène et peuvent dans certains cas provoquer des problèmes sanguins.
Enfin certains soulignent que dans le bio les microbes sont plus présent:l’utilisation d’engrais biologiques va entraîner un risque plus grand de contamination par divers microbes. Cela est d’autant plus vrai que l’utilisation d’antibiotiques est limitée. Autre problème : la contamination durant le stockage. Entre la récolte et la vente, des champignons peuvent se développer à la surface des fruits et des légumes. Or certains fabriquent un véritable poison pour l’homme : les mycotoxines. En agriculture traditionnelle, un traitement antifongique est parfois appliqué de manière préventive. Ce traitement n’existe pas pour les produits bio. Mais pour l’instant, rien ne prouve que les consommateurs soient plus exposés.
Bref pour finir il est vrai qu’il est difficile de s’y retrouver dans toutes ces études ! …alors pro ou anti bio?

mardi 18 août 2009

Des bancs publics eco-design!

4000 briques de lait pour faire un banc…c’est l’idée des designers Antoine Fenoglio et Frédéric Lecourt, plus connu sous le nom des Sismo, qui viennent de concevoir pour Tétra Pack un banc public fabriqué à partir d’emballages de briques alimentaires usagées! Petite explication : en 2008, environ 35 000 tonnes de briques alimentaires ont été recyclées en France. Mais que deviennent-elles ? Pour faire simple : rien ne se perd ! Les matériaux qu’elles contiennent, à savoir le carton, l’aluminium et le polyéthylène, sont tous les trois récupérés puis valorisés. La « pulpe » de carton peut en effet servir à la fabrication d’essuie-tout, de sacs en papier ou de papier toilette tandis que les fragments de polyéthylène et d’aluminium peuvent être transformés en piquets de vigne, en poteaux de clôture et même bientôt… En bancs publics !Transformer les briques alimentaires usagées en mobilier urbain, c’est l’étonnante idée qui a récemment été soumise à la société suédoise Tétra Pak par l’agence de design Carré Noir et deux créateurs industriels, les Sismo. Partenaires « de création » depuis deux ans, les deux structures ont imaginé ensemble un banc entièrement fabriqué à partir d’un mélange d’aluminium et de polyéthylène, deux matériaux qui restaient jusqu’ici difficiles à valoriser mais qui, une fois mélangés, présentaient pourtant de nombreuses qualités techniques : bonne densité, résistance, pérennité dans le temps… « Afin de toutes les exploiter, il est nous est tout suite paru plus intéressant de fabriquer des pièces de grandes dimensions destinées à orner les villes, plutôt que de petits gadgets dont on peut facilement se passer », explique Antoine Fenoglio, l’un des deux Sismo..
Depuis l’idée a fait du chemin puisque deux prototypes du banc ont été fabriqués. Une belle réussite sachant que chacun d’entre eux permet, à lui tout seul, de valoriser 4.000 emballages. « Ce banc est une vraie réponse aux problématiques environnementales, se félicite Antoine Fenoglio. Grâce à sa composition, il vient boucler la boucle du recyclage ». Pour insister sur ce caractère vertueux, les designers ont d’ailleurs décidé d’instaurer un lien privilégié entre le banc et l’univers du végétal. Dans le premier modèle, l’assise accueille ainsi un pot de fleurs et dans le deuxième, c’est un tronc d’arbre qui sert de dossier ! Enfin Si le produit est déjà bien finalisé, reste encore à lui apporter quelques améliorations, notamment à trouver « le bon dosage » pour les matériaux recyclés et, bien sûr, à trouver des collectivités intéressées. La présentation officielle est prévu pour septembre 2009 à Saint-Etienne!

lundi 17 août 2009

une électricité produite à base de viande avariée!

Ce soir une nouvelle que l’on a lu dans la presse et qui nous vraiment fait réfléchir…A lire absolument…
Que faire des lots de steaks et de bavettes qui n’ont pas trouvé preneur en supermarché ? Pensant faire un geste pour la planète, la chaîne de grande distribution britannique Tesco donne depuis mars dernier sa viande avariée à une société qui s’est spécialisée dans la production d’énergie à partir de déchets de nourriture. Une initiative qui a déclenché la colère des végétariens britanniques. »Transformer cette viande avariée en énergie pourrait sembler une bonne idée en apparence, mais vous devez vous demander pourquoi il en reste tant et pourquoi tant d’animaux meurent pour alimenter ce gaspillage », a écrit la semaine dernière dans un communiqué l’association Viva (Vegetarians international voice for animals) qui dénonce une idée « macabre ». »La quantité de viande gaspillée dans nos magasins ne représente que moins d’1% de la totalité de nos déchets et une part minuscule de la viande vendue », a tenté d’expliquer un représentant de Tesco, interviewé par le journal The Telegraph.Mais Viva exige que les consommateurs soient au moins informés si l’électricité qu’ils consomment a été générée à partir de viande avariée. Avec 5.000 tonnes de steaks par an, Tesco et son partenaire PDM espéraient fournir assez d’énergie pour 600 foyers par an.
Affaire à suivre…

mardi 11 août 2009

Via Lattea, de l'éco-design dans l'air du temps...


Comme vous le savez, chez Green-O-Rama, la déco et le design, on adore!

Alors dès qu'on découvre des nouveautés ou des objets qui nous font craquer en terme de design écolo, on s'empresse de vous en parler.C'est aujourd'hui pour "Via Lattea" que nous avons succombés!


Issu de l'imagination de Mario Bellini, créateur italien né à Milan en 1935 et diplômé de "Politecnico di Milano" en 1959, aujourd'hui designer reconnu dont la plupart des créations font désormais partie de la collection permanente du musée d'art moderne de New-York, pour Meritalia, marque design créée en 1987.
Via Lattea, se sont des canapés et des poufs "Créés à partir de sac en fibres recyclés qui servait autrefois à transporter le sucre ou les céréales, ces sacs très résistant ont été gonflé d’air pour en faire des fauteuils (canapés, poufs, …) très design, léger et simple."



Via Lattea est disponible en pièces et permet ainsi de créer sa propre configuration très facilement, long canapé, canapé d'angle, bref tout ce qui vous passe par la tête! Chaque pièce dispose en plus de luminaires basse consommation qui illuminent les sièges de l'intérieur et leur donnent un look vraiment spatial!


samedi 8 août 2009

L'éolienne de Saint -Arnac...tout un programme!


Petite vidéo d'une construction d'une éolienne... vous verrez c'est assez impressionnant! on précise qu'il s'agit de la construction de l'éolienne de Saint-Arnac à côté de Saint Paul de Fenouillet...
On en profite pour remercier le fondateur de "Ariege contre la machine" qui lutte pour la défense écologique et culturelle de l'Ariege. D'ailleurs si vous voulez soutenir son action il y a une boutique en ligne où vous trouverez de nombeux tee-shirt femme homme enfant ainsi que des bodys pour les bébés avec sur chacun d'eux un message pour la défense de l'Ariege...
Bon week-end à tous...


vendredi 7 août 2009

Des nouveautés chez Green-O-Rama!

Devant l'énorme succès des sacs XXL en coton bio Coq en Pâte, nous sommes tombés en rupture de stock!... mais ça y est ils font leur grand retour  sur la boutique avec également des nouveautés comme le sac shopping "I love my bio bag"!...
Et pour ne pas oublier les touts petits  nous avons fondu devant des cartables au look rétro et rigolo! Vous trouverez également les trousses au message 100% fun ainsi que les sacs à dos pour une rentrée bien réussie!!! Faire passer des messages équitables de façon sympa, c'est la philosophie de Coq en pâte et c'est chez Green-O-Rama!
 
 

mercredi 5 août 2009

" Déchets d' Oeuvres " par Isa Digue et Patrick G.Bride

Bonsoir à tous et à toutes...comme vous avez pu le remarquer en ce moment les posts se sont fait un peu plus rares... c'est tout simplement que nous avions pris quelques jours de vacances!!! mais nous revoilà avec plein de nouveautés à découvrir très très bientôt sur la boutique en ligne et au show-room mais également sur le Green-O-Blog!!! Mais pour tout ça il faudra encore attendre fin août , patience patience... mais bon revenons à ce soir et au sujet que nous allons traité!!! Comme vous le savez déjà chez Green-O-Rama nous sommes de grands passionnés d'art alors nous n'avons pas pu résister à l'envie de vous faire découvrir le travail de deux artistes plasticiens qui allient à merveille art et récup: Isa Digue et Patrick G.Bride. Pour Isa Digue la liberté en art contemporain est la liberté de m'exprimer avec les moyens qui sont à ma disposition, la danse, la vidéo, la peinture et les matériaux de récupération. Notamment sur le thème de l'eau ( eau = vie ) avec des installations en bouteilles d'eau. Art éphémère, néanmoins l'idée perdure car je souhaite faire du beau dans un esprit de développement durable avec des matériaux témoins de notre ère du consommable/jetable. Plasticienne contemporaine, autodidacte de l'art, Isa Digue est une convaincue que "rien ne se perd tout se transforme": Je débute dans l'"Art" en réalisant des installations éphémères garanties 100% récupération. 
Arrivée sous le ciel de la Caraïbe, la luminosité naturelle et la richesse des couleurs m'ayant conquise, je réalise mes premières performances picturales et expérimente dés lors la peinture sans cesse à la recherche de formes, de symboles, de matières. 


Quand à Patrick Bride, Son parcours atypique l'amène à considérer les diverses expressions artistiques, faisant appel aux différents sens, comme autant de chemins possibles à son plein épanouissement. Aussi passe t'-il de la peinture à la poterie, à l'écriture et la musique, en passant par la sculpture et la cuisine créative avec beaucoup de bonheur puisqu'il y trouve son "équilibre". Patrick G. BRIDE nous emmène à travers ses différentes études, dans un microcosme original et lumineux, où des personnages un peu étranges attirent notre attention ou nous montrent des directions, pour le cas où notre regard se perdrait , tant il y a à voir, à lire, à toucher ( les pierres), à entendre et qui sait, à goûter . Ses thèmes de prédilection sont tournés vers la lumière, la nature végétale...
Bref vous l'aurez compris le travail de ses deux artistes éco-plasticiens nous a assez séduit chez Green-O-Rama et nous vous laissons donc apprécié leur travail à travers une vidéo qui présente un  projet qu'ils ont réalisés ensemble et qui s'appelle: " déchets d'oeuvres"... tout un programme... ( soulignons que la musique est improvisée par Patrick G. Bride)

jeudi 23 juillet 2009

EATR, un robot militaire énergétiquement autonome!

L'EATR (Energetically Autonomous Tactical Robot), est un robot développé dans le but d'accomplir des missions de renseignement militaire, et cela de manière complètement autonome. Le robot peut en fait rester en mission durant plusieurs mois sur des territoires hostiles, car il est capable de trouver lui même l'énergie suffisante à son fonctionnement! Comment? et bien grâce à un moteur révolutionnaire capable de transformer les végétaux, les minéraux et la viande en énergie directement utilisable par les systèmes du robot.
Vous vous demandez peut-être si vous avez bien compris, soyons clair l'EATR "mange", il s'alimente de ce qu'il trouve et le transforme en énergie, ce qui le rend autonome!
L'EATR est équipé d'une technologie révolutionnaire, et comme souvent développée pour un usage militaire,cependant il est inquiétant de voir que le robot était aussi prévu pour "s'alimenter" de viande.
Tout de suite des rumeurs faisant état de robots mangeant les restes de soldats morts sur les champs de bataille sont apparues, et après de nombreuses polémiques, il semble que la viande ai été retirée du menu du robot.
"La mise au point date du 16 juillet. Dans un "important message" diffusé sur internet, les concepteurs d'EATR expliquent : "Nous comprenons tout à fait l'inquiétude du public quant à la capacité de robots futuristes de manger des humains, mais ce n'est pas notre but. Nous nous concentrons pour montrer que nos machines peuvent créer de l'énergie verte utilisable à partir d'une matière végétale abondante et renouvelable".
Un paramétrage devrait en fait permettre au robot d'identifier si ce qu'il ingère est animal, végétal ou minéral. Il pourra ainsi choisir de ne manger que des "brindilles, des tontes de gazon et des copeaux de bois". "Si ce n'est pas sur le menu, il ne va pas le manger", résume le Dr Robert Finkelstein, cité dans un droit de réponse publié sur le site de Fox News, la chaîne de télévision américaine"
Ce robot qui ne dénoterai pas dans un film de James Cameron est une réalité bien tangible, chacun sera libre de se faire son opinion, mais serons nous libre de choisir si nous voulons ou pas que de telles machines existent.
Si la capacité du robot à fabriquer de l'énergie verte est captivante, les raisons pour lesquelles il à été conçu sont cependant plus effrayantes, et comme il est écrit dans la documentation publique du robot, “All processes of mind have computational equivalents” ---- James Albus ( Tous les processus de l'esprit on des équivalents informatiques)...

lundi 20 juillet 2009

L'association Extramuros... Ou comment valoriser de façon originale des objets et des matériaux mis au rebut.?...



Bonsoir à tous et à toutes ... Ce soir on vous présente une association que l'on a découverte ce week-end en nous baladant sur le net, l'association Extramuros... alors qui est cette association et quel est donc son objectif? Tout d'abord Extramuros est née en 2005 avec l'association de 3 personnes: Jean-François Connan, directeur du développement durable dans une entreprise d’intérim, et les designers Rosana Del Prete et Isabelle Pujade. Ces trois passionnés récupèrent auprès des entreprises des métaux, bois de chantier, sacs et bâches publicitaires... qu’ils métamorphosent en porte-cartes, luminaires, petite maroquinerie ou encore en mobilier... enfin bref que du bonheur!!! "Surabondants, les objets perdent vite de leur valeur et sont alors délaissés. C’est précisément ce rapport dégradé aux objets que nous cherchons à transformer : nous leur inventons de nouvelles fonctions, nous leur offrons une renaissance". Ainsi l'association Extramuros propose à ses adhérents des conseils sur la valorisation et le détournement, ainsi que des informations sur les techniques et matériaux écologiques et à ses partenaires des concepts d’expositions ou d’actions de communication. Ils conçoivent pour eux des objets, propres à valoriser un patrimoine obsolète. Avec des partenaires comme entre autre La Poste, Groupe Vinci, Veolia Propreté,Art Boulevard, Caddie, Cité nationale de l’histoire de l’immigration, Conseil régional d’Île-de-France, Darty, Direction départementale du travail, de l’emploi et de la formation professionnelle... l'association Extramuros est aujourd'hui reconnu d'intérêt général! Autre truc que l'on a vraiment trouvé intéressant: l'association en plus de son action de récupération met également en place une politique d'insertion en embauchant depuis 2008 d’anciens chômeurs de longue durée, qui bénéficient en parallèle d’un accompagnement social et d’une aide à la recherche d’emploi dans divers secteurs (tri, confection, menuiserie, etc.).

Et pour les créations nous direz vous ? et bien elles sont très diverses cela peut aller d'un pot à crayon à des casiers de tri transformés en secrétaires ultra design!
Une association qui arrive à associer la récup, l'art , le désign et en plus le social... nous on est fan du concept et on leur souhaite une longue réussite!! A découvrir ici

samedi 18 juillet 2009

Le Green Porno par Isabella Rossellini!

Pour commencer le week-end  avec humour on avait envie de vous présentez ce soir le travail de Isabella Rossellini ( fille de la célèbre Ingrid Bergman) qui a décidé de se lancer dans le " green porno"... alors ce n'est pas Isabella Rosselini qui s'est reconvertit dans le porno!... c'est juste que l'’actrice se déguise pour jouer et expliquer l’accouplement des animaux dans leurs milieux naturels. Elle se met à la place d’une baleine ou d’une étoile de mer  ou d'un escargot, ...et simule leur reproduction dans des courts métrages qui sont ensuite diffuser sur Sundance Channel!
Alors oui on sait cela peut paraître bizarre mais l'actrice Isabella Rosselini entame aujourd'hui la saison deux...
A découvrir tout de suite en vidéo, c'est en anglais mais ça vaut vraiment le coup d'oeil... Bon week-end à tous!

La vie sexuelle des escargots


la vie sexuelle d'une étoile de mer

Plus de vidéo sur Sundance Channel

vendredi 17 juillet 2009

Le 1er triathlon éco-responsable de France c'est ce week-end dans les Pyrénées Orientales!

Ce soir on vous parle d'un évènement qui va se dérouler dans notre belle région des Pyrénées Orientales et plus précisément dans le magnifique endroit du Capcir: le Festricap. Alors de quoi s'agit il exactement et quelle est le rapport avec la nature et bien j'y viens...Le festirip qui n'est autre qu'un festival de Triathlon commence aujourd'hui 17 juillet jusqu'à dimanche 19 et comprendra pas moins de 7 épreuves et parmi celles-ci figure l'Altriman, l'épreuve reine avec sa distance IronMan, ses dénivelés extrêmes, et ses décors grandioses..
Parrainé par Primagaz ce festival a mis en place une compensation carbone : pour chaque athlète participant, un arbre est planté. L’entreprise encourage cette action en plantant 100 arbres... D'ailleurs si cela vous intéresse Le 18 juillet à partir de 16h30, la dirigeante sera sur les lieux de l’Altriman, aux Angles (lac de matemale) et présentera notamment le dernier né des produits éco-responsables de Primagaz : Nepteo, le premier programme complet de récupération d’eau de pluie.


Donc si vous n'avez rien de prévu ce week-end et que vous voulez visiter des lieux vraiment sublimes et  voir ce festival du Triathlon on vous invite à vous rendre dans le Capcir et à profiter de ce festival 100 % nature !... et pour ceux qui ne pourront pas s'y rendre on vous quitte avec quelques photos et une petite vidéo!


jeudi 16 juillet 2009

Et si les terroirs viticoles étaient emmenés à disparaître à cause du réchauffement climatique?

Et si les terroirs viticoles étaient emmenés à disparaître à cause du réchauffement climatique?  petites infos que l'on a trouvées sur le sujet aujourd'hui sur le net et plus exactement sur Greenzer et qui nous a laissé pensif, à lire tout de suite... Le réchauffement climatique menace-t-il directement la typicité des goûts et nécessairement des terroirs, notions si chères à la France ? En effet, la singularité de nombreux vins de terroirs tient au climat local. L’effet du climat joue sur le travail de la vigne et les caractéristiques du vin que l’on va obtenir.Le changement climatique se traduisant principalement par un réchauffement, on observe une accélération du cycle de développement de la vigne entre le débourrement (début du cycle végétatif de la vigne avec apparition des bourgeons) et la maturité des raisins. C’est pourquoi seulement quelques degrés de plus peuvent entraîner des répercussions majeures sur le goût et la teneur en alcool des vins. On estime aujourd’hui qu’une augmentation de 1°C de la température moyenne correspondrait à un déplacement relatif du climat d’environ 200 km vers le Nord !Hervé Quénol – géographe-climatologue au CNRS, Laboratoire COSTEL (Climat, Occupation du Sol et Télédétection) – pense que le réchauffement climatique global a des effets non négligeables sur les différents terroirs viticoles. C’est pourquoi, il pilote le programme TERVICLIM depuis 2007. Ce programme a pour but d’observer et de modéliser l’évolution du climat à l’échelle des terroirs viticoles.Hervé Quénol explique l’importance du programme TERVICLIM : “En viticulture, on parle beaucoup d’un réchauffement climatique futur et de ses conséquences sur la culture de la vigne. Mais sur le terrain, les vignerons en ont déjà constaté les effets. La vigne est un indicateur extrêmement intéressant du point de vue de l’évolution du climat et qui nous donne une preuve irréfutable du réchauffement climatique”. C’est pourquoi, Hervé Quénol installe de nombreux capteurs météorologiques dans les vignes.Il souhaite ainsi mieux définir le climat actuel des vignobles et apporter des réponses aux conséquences futures du changement climatique. En France, trois régions viticoles sont concernées par le programme TERVICLIM : le Val de Loire, la Champagne et la Bourgogne. Mais le programme TERVICLIM inclut également des vignobles de pays étrangers tels que l’Afrique du Sud, le Portugal ou encore le Chili.Paradoxalement, le réchauffement climatique ne limite pas le risque lié au gel. Au contraire, le bouleversement des saisons entraîne une floraison qui intervient plus tôt, au printemps. Or, les jeunes bourgeons sont alors très vulnérables et peuvent subir d’importants dégâts lorsque les températures rechutent brusquement.Le manque de chaleur imposait autrefois que le raisin soit récolté avant qu’il ait atteint sa pleine maturité. Or, la déficience en sucre résultant de ce phénomène peut être corrigée par un ajout direct de sucre ou par l’addition de concentré de jus de raisin. D’autre part, l’alimentation en carbone et en sucre des raisins pour assurer une maturité plus rapide ont été exacerbées par les pratiques de ces dernières années.Avec le réchauffement climatique, on observe un effet naturel contraire. La hausse des températures engendre une modification naturelle des taux de sucre et d’alcool. Ainsi, bien qu’il n’existe pas encore de solution pour remédier à ce nouveau phénomène, on pourrait retravailler sur les équilibres entre feuilles de vigne et raisins. Un nouvel équilibre entre la capacité de photosynthèse de la vigne et les besoins en sucre du raisin pourrait être (re)trouvé afin d’adapter les vignobles à cette hausse de température. Les chercheurs et viticulteurs se prépare donc déjà à accompagner ce changement climatique.En attendant, la température moyenne étant plus élevée que dans le passé, on va rechercher des cépages plutôt tardifs. Le Cabernet Sauvignon va par exemple garder toutes ses qualités et potentialités par rapport au Merlot qui avait tendance à le supplanter du fait de sa précocité.Le réchauffement de la planète pourrait bien modifier la localisation de certains cépages très spécifiques. Ainsi, dans une cinquantaine d’années, on pourra peut-être voir s’étendre la viticulture anglaise voire même norvégienne !
Et vous qu'en pensez vous?... n'hésitez pas à nous laisser vos impressions sur le sujet!

mercredi 15 juillet 2009

Les toits blancs luttent contre le réchauffement climatique!



Petite info que l'on a trouvé ce matin et qui nous a paru intéressante...Des toits blancs et des routes de couleur froide, reflétant davantage la lumière du soleil et la chaleur, auraient un grand impact dans la lutte contre le réchauffement climatique, a déclaré mardi à Londres le secrétaire américain à l'énergie Steven Chu.La construction de maisons aux toits blancs et plats, et de routes de couleur pâle, sont des projets de "géo-ingéniérie" "complètement bénins", et qui auraient un effet équivalent à un arrêt du trafic automobile dans le monde pendant 11 ans, a dit le responsable américain au cours d'un symposium de prix Nobel à Londres.Ces mesures auraient pour effet de garder les bâtiments plus frais permettant des économies d'énergie de climatisation et de refléter la lumière du soleil, a ajouté le prix Nobel de physique.Steven Chu s'exprimait à l'ouverture d'un symposium de trois jours sur le changement climatique, hébergé par le prince Charles au palais Saint-James dans le centre de Londres, auquel plus de 60 experts scientifiques et 20 prix Nobel participent.L'expert, devenu fer de lance de Barack Obama dans la lutte contre le changement climatique, a insisté également sur l'importance d'une réduction des émissions de CO2 dans la production d'énergie."La révolution industrielle était une révolution dans l'utilisation de l'énergie. On est passé de l'énergie humaine et animale à l'utilisation de l'énergie fossile", a-t-il dit."Nous devons nous diriger vers une nouvelle révolution différente qui permette de diminuer de façon draconienne la somme des émissions de CO2 dans la création d'énergie", a déclaré le scientifique d'origine chinoise.Steven Chu a dit qu'il n'y avait pas une solution technologique unique pour combattre le réchauffement climatique mais que nous devions tout essayer autant que possible.
Affaire à suivre....

Le dustbot, un robot qui patrouille les rues à la recherche de pollution!

Pour ceux qui aiment les films d'animation, et qui connaissent sûrement Wall-E, et bien nous vous présentons le vrai Wall-E!


Il s'appelle Dustbot, et bien qu'il soit moins mignon que son homologue de synthèse, il semble n'en être pas moins efficace!
Pour l'instant notre robot "vert" patrouille les rues de Peccioli en Italy, à la recherche de déchets, et autres matières à recycler, qu'il récupère automatiquement!
Il est aussi équipé de toute une série de capteurs pour mesurer la pollution de l'air en temps réel!

Une vrai débauche de technologie pour un projet dont le coût s'élève à 3,9 Millions de dollars.

vendredi 10 juillet 2009

Casa Architectes...ou comment associer constructions contemporaines et écologie!



Ce soir nous avions envie de vous parler d'un cabinet d'architectes situé sur Perpignan qui conçoit des maisons avec une approche bioclimatique... d'où notre intérêt et notre envie de leur faire un peu de pub... Alors tout d'abord il faut savoir que la rencontre avec les responsables de ce cabinet s'est faite complètement par hasard! On vous a déjà raconté que notre show-room se situe dans un lieux ou règne un esprit artistique très fort ... et bien c'est grâce à notre show-room que nous avons rencontré Marie-Anne CASEL et son mari Thomas,architectes et gérants de CASA architectes car Marie Anne est aussi peintre et possède son atelier juste à côté du nôtre, c'est donc tout naturellement que nous avons sympathisé et que nous avons découvert sa profession.. Donc quel est l'objectif de Casa Architectes et quelle est son approche?... Tout d'abord pour comprendre Casa Architectes et comprendre son investissement dans l'environnement il faut connaître le parcours de Marie-Anne Casel et de son mari Thomas: Pour Marie-Anne diplômée en 1998, 2 ans conseillère au Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et de l’Environnement du Tarn où son rôle était de conseiller les particuliers sur tous les aspects techniques, administratifs et architecturaux de leur projet de construction ou de rénovation, formée à la construction ossature bois, MBOC, et rédactrice en 2004, d'un guide sur la restauration du patrimoine pour le Parc naturel régional du Haut Languedoc, et Thomas, également architecte DPLG et formé à la construction en ossature bois et urbaniste les maisons en bois n'ont plus aucun secret pour eux! L’agence CASA architectes a donc pour objectif d'ériger des maisons de notre temps, aux formes simples, lumineuses, confortables, économes, construites avec des matériaux performants et écologiques, des maisons dans lesquelles on se sent bien.



"Notre expérience professionnelle, notre exigence pour la qualité, la fiabilité, le respect de l’environnement et nos goûts personnels pour une architecture aux lignes contemporaines nous ont conduit à mener une réflexion sur la construction et à établir des principes qui guident notre travail de conception. C’est pourquoi nous avons choisi d’utiliser dans nos réalisations: une architecture à ossature bois, une isolation à la fois performante et écologique pour assurer un confort optimum en hiver comme en été, des toits plats ou à faible pente (végétalisés ou non) et une possibilité de récupération des eaux de pluie (pour l’arrosage et les sanitaires), une approche bioclimatique de la maison dès la conception : s’implanter sur le terrain pour obtenir une maison économe, permettre l’installation de panneaux solaires pour l’eau chaude, profiter du soleil en hiver et vivre dans une maison fraîche en été et une intégration harmonieuse dans le site et un travail de réflexion sur les relations entre la maison et les espaces extérieurs, cour, terrasse, jardin, piscine, …"



"Les isolants écologiques comme la laine de mouton,la cellulose, la laine de bois, le chanvre sont très performants et faciles à mettre en oeuvre dans les maisons en bois", nous disent-ils



Bref L'agence Casa Architectes est avant tout la rencontre avec deux personnes qui basent tout leur travail sur l'humain, l'art de vivre, le dialogue ,le professionnalisme et tout cela dans un soucis de respect de l'environnement! Que demander de plus? Nous on est conquis...on vous invite d'ailleurs à visiter leur site internet....

jeudi 9 juillet 2009

la mobilisation de tous face aux gros camions....

Nous avons été contactés récemment par France Nature Environnement sur Facebook pour nous faire passer une info que nous avons eu envie de partager avec le plus grand nombre car elle nous semble importante:"Trop gros, dangereux et polluants. Mobilisons-nous contre les méga-camions" : c'est le titre de la pétition lancée lundi par la fédération France Nature Environnement, qui rassemble près de 3.000 associations écologistes. Dans leur ligne de mire de cette organisation : le feu vert que pourrait donner le gouvernement français à ces camions géants.Les méga-camions mesurent en général 25,25m de long, contre 18,75m maximum pour un poids-lourd actuel. Ils peuvent peser jusqu'à 60 tonnes, soit 20 tonnes de plus qu'un camion classique. Au-delà du danger qu'ils pourraient représenter sur la route et des infrastructures qu'il faudrait construire pour leur permettre de circuler, France Nature Environnement met surtout en avant l'impact sur le climat de ces camions géants. Une étude de l'Institut allemand Fraunhofer, publiée en mai, estime qu'ils produiraient 2 millions de tonnes de CO2 supplémentaires chaque année s'ils étaient autorisés dans toute l'Union européenne."Ça fait moins de camions sur les routes, moins de consommation donc de CO2 par tonne transportée", assure de son côté Stéphane Levesque, représentant de Transports et Logistique de France :Le secrétariat d'Etat chargé des Transports a simplement précisé lundi qu'un "comité de pilotage" allait être constitué "pour regarder les conditions dans lesquelles une expérimentation pourrait avoir lieu", à partir du printemps 2010. Une concertation à laquelle pourraient participer les écologistes.
Pour appuyer leurs arguments, ces derniers mettent en avant les résultats d'un sondage. Selon une enquête CSA, 81% des Français ne sont pas favorables à une possible autorisation de circulation de ces méga-camions en France et en Europe
Donc si le coeur vous en dit une petition circule et on vous invite à la signer, si ce n'est déjà fait.... Bonne soirée à tous!!!

mercredi 8 juillet 2009

Greenpeace installe un iceberg sur la Seine

Il faut parfois (souvent même!) frapper un grand coup pour être entendu, c'est ce qu'a fait Greenpeace, déjà de grands habitués des coup d'éclats! Mais de quoi s'agit-il?

Voilà toute l'histoire, que l'on à trouvée en fouillant sur le net ce matin même...

"Un "iceberg" haut de 16 mètres installé sur une base flottante à deux pas de la Tour Eiffel. C'est avec cette structure gonflable, grandeur nature, que Greenpeace espère attirer l'attention de Nicolas Sarkozy. Objectif : rappeler l'urgence de la lutte contre le changement climatique à la veille du G8 auquel le président français doit participer.


Il revient aux pays les plus industrialisés, et les plus pollueurs, "d'imaginer et de trouver une voie de sortie à la crise climatique annoncée", selon Pascal Husting, le directeur de Greenpeace France. "Nicolas Sarkozy, qui multiplie les discours incantatoires et se targue d'être le champion de la lutte contre le dérèglement climatique, n'a toujours pas fait la preuve de sa volonté politique à faire face à la crise climatique", a-t-il ajouté.
La question de la lutte contre le réchauffement climatique sera abordée jeudi lors du sommet du G8 à L'Aquila en Italie, dans le cadre d'une réunion du Forum des économies majeures, qui regroupe 17 membres au total. Un pré-accord pour réduire les émissions de gaz à effet de serre pourrait être alors conclu.
Mais au-delà, les organisations écologistes ont déjà le regard tourné vers Copenhague où se tiendra à la fin de l'année une conférence internationale cruciale sur l'avenir du climat. Avant cette échéance, Greenpeace et dix autres ONG écologistes, humanitaires ou de défense des droits de l'homme invitent les citoyens à signer une pétition en forme d'"ultimatum climatique" lancé notamment à Nicolas Sarkozy."

mardi 7 juillet 2009

La première édition de l'éco-festival de Saint Jeannet ? on vous raconte tout !

Pas de bulletins publiés sur le Green-O-Blog depuis mercredi dernier, mais que se passe-t-il?
Et bien nous n'étions pas partis en vacances, mais sur l'éco-festival de Saint Jeannet! C'était vraiment super, tellement super qu'on veut vraiment le partager avec vous.
Après 13 heures de route en "Vanette", notre petit van, nous arrivons enfin à Saint Jeannet, magnifique petit village de la côte d'azur, au dessus de Nice.
Nous sommes hébergés chez l'habitant, très sympa, avec apéro, bonnes rigolades, et découverte des spécialités culinaires locales tous les soirs! Bref, le Top...
Visite nocturne du village, et petite séance photo après notre arrivée...



Dès 6h00 le lendemain, la journée démarre, il faut repérer son emplacement et monter le stand, premières rencontres avec les autres exposants, petits coups de mains qui s'échangent de ci et de là, une ambiance vraiment détendu et sympa.
Une fois le stand monté, c'est le moment pour moi d'abandonner Magalie quelques minutes pour aller voir ce que propose les autres stands qui ont fleuri un peu partout dans le village.

 
 


Stands associatifs, éco-habitat, AMAP, producteurs Bio, créateurs, vélos électriques et véhicules électriques propres, mode éthique, le village respire au rythme du bio, de la bio diversité, des matières naturelles et des énergies propres.




Une yourte est montée sur l'une des places du village, occasion pour les habitants comme pour les visiteurs de découvrir une forme d'habitation plutôt inhabituelle dans notre pays, bien que de plus en plus appréciée. Cette tente est l'habitat traditionnel (tente en peau ou en feutre) des nomades mongols et turcs qui vivent en Asie centrale, notamment au Kirghizstan, au Kazakhstan et au Karakalpakistan. 


Rencontre avec Benoît et Corinne, qui tiennent une auberge bio à Saint Jeannet, et qui donnent un coup de main à l'organisation tout le week-end.
Nous vous conseillons d'ailleurs leur auberge si vous partez en vacances dans leur région, deux jeunes hôtes disposés à faire de votre séjour à St Jeannet une expérience inoubliable : visites de marchés provençaux, cours de cuisine, randonnées dans l’arrière pays et dégustation de produits locaux… Ou tout simplement, pour profiter de leurs chambres confortables, de la cuisine bio et locale de Corinne, et du panorama de St Jeannet. Le site web de "l'Auberge des Baous"

 
 
Découverte de produits locaux et bio, huiles d'olive, agriculture, d'une créatrice de bijoux, qui d'ailleurs, seront sûrement les prochaines nouveautés sur notre site!
Découverte d'une association qui sauve les chevaux de course blessés, en leur épargnant la boucherie et en leur offrant une retraite bien méritée!


En tout cas, merci aux habitants de Saint Jeannet, aux organisateurs de  l' éco-festival, de Saint Jeannet et certainement à l'année prochaine, alors si vous passez par ce petit village de Provence, n'oubliez pas d'y faire halte, vous ne le regretterez pas. Il sera toujours temps d'une petite randonnée sur le "Baou" ou de rencontrer des habitants accueillants et hauts en couleurs, toujours prêts à vous raconter les histoires de leur pays en buvant un pastis!